www.minisante.bi

mardi, 11 21st

Last updateJeu, 16 Nov 2017 12pm

Actualités

Faire face à la malnutrition

Les centres de santé situés dans le District sanitaire de BUSONI comme Burara, Marembo, accueillent des patients pas comme les autres : les enfants, de moins de cinq ans qui souffrent de la malnutrition trop aigue.. Plus de trois cent cas graves déjà recensés selon le MDCD ! Pourtant, la faim n’est pas une fatalité !

 

KIRUNDO, jadis surnommée grenier du pays, aujourd’hui, c’est le contraire : la comme Busoni est confrontée à une situation de famine chronique très prononcée. Conséquences : une santé des populations très fragile observée sur notre passage. Plus grave, la situation des enfants de moins de cinq ans rencontrés dans les centres de santé Burara, Marembo est trop émouvante. C’est vraiment de l’horreur !

De l’horreur ! Des mamans soulevant dans leur bras les corps de leurs enfants très affaiblis et amaigris, les yeux désespérés, voix affaiblies s’adressent à tout passant pour demander secours et assistance ! S’adressant à l’équipe des journalistes IEC du Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida lors de leur passage au centre de santé BURARA, une maman, quarantenaire, s’exprime en ce termes : « Regarde ! Cela fait plus de deux semaines. Mon enfant a des joues et jambes gonflées. Que dois-je faire ! Une autre, venue en courant, demande qui nous sommes : d’une voix très basse, elle demande à une autre femme proche d’elle si nous sommes des gens de biens. YOOH ! Une autre, celle-là avec une voix très grave, s’exclame en demandant sur quelle porte elle doit frapper ! Mon enfant meurt dans mes bras ! vite ! vite ! Montre-moi le médecin !! Où est-il ?

Devant ce drame indicible, beaucoup de questionnements ! Comment les choses en arrivent-ils à cette situation ? Combien de temps cela va durer ? Quel est l’avenir de ces enfants ?...

Partout où nos sommes passés dans les centres de santé du District sanitaire de BUSONI, c’est le même cri d’angoisse et de détresse ! C’est de l’horreur ! Les enfants, les mamans, les populations de Busoni souffrent cruellement de la malnutrition. Le comble, rien à attendre pour la saison prochaine des récoltes. Les champs de maïs sont rabougris ! Non plus les champs des haricots n’ont pas connu une floraison : raisons invoquées, les pluies sont tombées tardivement. A MUREHE, les populations sont au désespoir total ! Au moment où les autres populations des communes frontalières semaient les champs, celles de Busoni attendaient avec trop d’impatience la manne du ciel : la pluie. Une denrée rare dans tout le Bugesera!!

Pour le moment l’urgence s’impose pour  sauver la vie des  burundais de demain.  Qu’il suffise de rappeler, que la malnutrition laisse des séquelles durables sous forme d'infirmité, de vulnérabilité chronique aux maladies, de handicap intellectuel.  C’est une menace pour les femmes, les familles et les sociétés tout entières.

Des efforts conjugués liés  notamment à l’éducation des mères ayant des enfants en bas âge, à responsabiliser les parents, les  familles, les communautés  et impliquer l’administration locale et sanitaire  pourront certainement contribuer à  changer la donne.  En effet,  les parents  doivent être  en mesure de comprendre les problèmes à l'origine de la malnutrition, et d'y trouver des solutions.  Un accent particulier à mettre sur les programmes  relatifs à   l'alimentation des nourrissons par exemple.

Les programmes éducatifs, scolaires ou informels comme les cours d'alphabétisation ou d'éducation des parents, sont de précieux compléments – et même parfois le canal essentiel – d'activités en faveur de la nutrition. Les écoles, les enseignants et les programmes d'éducation peuvent aussi mobiliser la participation communautaire, par le biais, entre autres, des agents de santé communautaire et autres comités  d'éducation et des associations locales.

Des solutions nombreuses   et complémentaires face à la malnutrition sont possibles !   Face à l’urgence de BUSONI, trouvons des solutions durables pour tout le pays en matière de malnutrition  car en effet  la faim   n’est pas une fatalité.

Posté jeudi le 12 Décembre

Yvette Gates

Partenaires et Projets

Contactez nous

  • Add: Bujumbura Burundi
  • Tel: (+257) 456 789 101
Vous êtes ici : Home Actualités Faire face à la malnutrition